Démarches en ligne

L’abbaye Saint-Corneille

Fondée en 877 par l’empereur Charles le Chauve, l’abbaye Saint-Corneille doit sa réputation et sa richesse aux reliques des saints Corneille et Cyprien qui y sont déposées. Quatre rois de France y sont sacrés, trois d’entre eux s’y font enterrés. Passée sous la règle monastique de saint Benoît au XIIe siècle, l’abbaye connaît alors une période de grande prospérité.

Le XVIIe siècle marque un tournant, l’abbaye, tombée sous l’autorité de l’abbaye royale du Val-de-Grâce à Paris, voit une partie de ses revenus accaparés par cette dernière. La communauté survit jusqu’à la Révolution, où elle est dissoute. Profané et pillé, l’édifice est concédé à l'armée, et devient une fabrique de salpêtre, puis un magasin à fourrage. Cédée à la ville de Compiègne par le ministère de la Guerre en 1806, l’abbatiale est peu à peu démolie, afin de percer la rue qui porte aujourd'hui son nom et d’y élever des habitations et des commerces. À la suite d’un bombardement, les bâtiments monastiques, encore debout, sont incendiés en 1940.

Après-guerre, la municipalité décide d’installer dans les vestiges de l’abbaye, la bibliothèque municipale. L’actuelle bibliothèque est inaugurée en 2007. Une partie du cloître, restauré et restitué dans ses ornements et sa polychromie supposés du XIVe, abrite depuis 2012 un musée lapidaire.

L'annexe du musée Antoine Vivenel

Le musée, installé dans deux ailes du cloître, présente un riche ensemble de sculptures réalisées entre le XIIIe et le XVIe siècle. Celles-ci appartiennent aux collections du musée Antoine Vivenel de Compiègne. Le musée du Cloître Saint-Corneille constitue en soi une extension de ce dernier.

Les œuvres qui y sont exposées livrent un témoignage précieux sur l’évolution des pratiques religieuses et funéraires au fil des siècles, dans un lieu rempli d’histoire. La majesté du site sert d’écrin à la beauté des collections spécialement restaurées pour la création du musée.

Bien que le mobilier de l’abbaye Saint-Corneille ait presque entièrement disparu, le musée en conserve quelques précieux souvenirs. Vous pourrez y admirer la statue de la Vierge au pied d'argent, cadeau du roi Saint-Louis à l’abbaye, qui est une œuvre majeure de la statuaire gothique des années 1260, ou encore la dalle funéraire fragmentaire de dom Jacques Pescheur, moine de Saint-Corneille au XVIe siècle, qui a été retrouvée en multiples morceaux lors des travaux de déblaiement consécutifs aux destructions de la Seconde Guerre mondiale. Des sculptures et des éléments architecturaux provenant d’autres édifices religieux de Compiègne et de la région complètent l'exposition.

Un parcours pédagogique et ludique

Pour faciliter la visite, plans, maquettes, jeux pour enfants, dessins, photographies et panneaux jalonnent le parcours. Une vidéo retrace les différentes phases de construction de l’abbaye, de sa fondation jusqu’au lendemain de la Révolution, une autre présente le travail des restaurateurs du patrimoine qui ont participé activement à la conservation et à la valorisation des œuvres du musée.

La voix d’André Dussolier vous contera l’histoire des lieux grâce à des audioguides mis à votre disposition par nos agents d’accueil. Des fiches en Facile à lire et à comprendre (FALC) ont spécialement été réalisées pour rendre accessible à tous la découverte du musée.

Musée du cloître Saint-Corneille
7 rue Saint-Corneille, 60200 Compiègne
Téléphone : 03 44 20 26 04
Site internet